Omsk et ses églises

Venez découvrir la Russie, toute la Russie!
Bill

Omsk et ses églises

Messagepar Bill » sam. nov. 22, 2008 7:41 pm

(sauf indication contraire, les photos prises en 2008 sont de moi)

Image

La cathédrale de la Dormition à Omsk (Омский Успенский кафедральный собор) est l'un des plus beaux exemples de reconstruction à l'identique de monuments anciens en Russie démolis après la Révolution bolchevique. Cette grande église fut aussi, pendant la guerre civile, la principale cathédrale des Blancs dont Omsk fut un temps la capitale. Certains disent que c'est aussi la plus belle église orthodoxe située au-delà de l'Oural.

Image

La cathédrale fut à l'origine érigée en 1891-1898 selon un projet de l'architecte de Nijni Novgorod Ernst Frantzevitch Virrikh qui utilisa les formes et détails architecturaux des églises russes du XVIIe siècle. A la base, l'architecte s'inspira probablement des églises du Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé bâtie par Alfred Parland à Saint-Petersbourg et de Saint-Basile à Moscou, sans toutefois en faire une copie pure et simple, mais en ajoutant sa propre créativité. Sa construction fut supervisée par les ingénieurs K.A. Lechevitch et A.S. Eïnarovitch ainsi que les architectes M.I. Moukhman et N.E. Varaksine. L'édifice couvert de 5 coupoles est particulier en ce sens qu'il utilise les meilleurs traits de l'architecture russe ancienne et dans sa construction ont été employées des briques colorées d'une trentaine de sortes différentes. Il occupe une surface au sol de 1518 m2. Le clocher à chatior fait 44 mètres de haut avec une croix de 3 mètres. Le dôme principal doré fait 15 mètres de diamètre. L'aspect monumental, l'élégance et la solennité de l'ensemble sont rehaussés par l'abondance d'ouvertures semi-circulaires qui ornent les tambours, par la galerie supérieure du clocher, par les nombreux détails décoratifs aux motifs anciens sur les façades blanches avec l'insertion de la brique rouge et par l'ornement coloré tout autour du tambour principal. L'architecte a réussi à imposer une combinaison harmonieuse dans les proportions et les styles employés. Il a adroitement mélangé les styles russo-byzantin et russe national (l'immense dôme principal et les petites coupoles rappellent le style byzantin alors que les kokochniks, les chatiors, les chambranles des baies... sont spécifiques du style russe). La présence imposante est encore matérialisée par la multiplicité et la variété des éléments décoratifs (chambranles, niches, panneaux, balustres...) et les reflets glacés de la décoration extérieure et intérieure. Placée sur une hauteur, répondant aux canons de l'architecture religieuse de l'époque, notamment l'agencement par rapport aux voies urbaines environnantes et convergentes vers l'édifice (les rues de Tara, de Tobolsk, Aleksandrov, Kaptsevitch et Kaznakov), cette perle est incontestablement la composante dominante de l'architecture d'Omsk.

Image Image
La cathédrale de la Dormition photographiée au début du XXe siècle et en 2008

La construction de l'église répondait à une réflexion menée depuis 1878 à Omsk afin d'élargir l'offre des édifices religieux alors ouverts à la population (la cathédrale de la Résurrection-du-Christ dans l'ancienne forteresse et l'église Saint-Nicolas). La décision fut prise en 1889 et la première pierre de la nouvelle cathédrale fut posée en juillet 1891 au centre de la ville, au milieu d'un parc, lors de la venue à Omsk du tsarévitch Nicolas Aleksandrovitch, le futur tsar Nicolas II. La construction débuta réellement à l'été 1895 (cette année-là, année de la création du diocèse d'Omsk-Tara, l'église de l'Ascension fut officiellement renommée cathédrale de la Dormition) et s'acheva en septembre 1898 avec la consécration par l'évêque d'Omsk Grigory des trois autels : le principal consacré en l'honneur de l'Ascension-de-la-Mère-de-Dieu et les deux autels des chapelles latérales consacrés à Saint-Nicolas et à Sainte-Marie-Madeleine. Son financement fut essentiellement assuré grâce aux dons des habitants d'Omsk, de la corporation des marchands de la ville (mais aussi de Moscou et de Saint-Petersbourg) et par un don de 5000 roubles sortis de la poche du nouveau tsar Nicolas II. D'autres dons venus du Consistoire et du Conseil municipal permirent également de financer le décor de l'église et de bâtir une école religieuse voisine. On estime que 125000 roubles de l'époque ont été dépensés pour sa construction et son aménagement. Au début du XXe siècle, la cathédrale de la Dormition devint le centre des événements spirituels et politiques les plus marquants d'Omsk.

Image
L'iconostase de l'autel principal au début du XXe siècle et en 2008
Image

En 1918, les habitants d'Omsk se révoltèrent contre le nouveau pouvoir bolchevique car ils ne voulaient pas voir la cathédrale tomber entre leurs mains et surtout que le temple soit uniquement utilisé à des fins religieuses. La manifestation fut violemment dispersée par les Gardes Rouges. Après la mainmise des bolcheviks sur la ville, l'archevêque Sylvestre fut emprisonné puis fusillé en 1920 et la cathédrale confiée aux membres du courant orthodoxe loyaux aux nouveaux maîtres. L'édifice fut déserté. En 1933, ses cloches furent retirées et fondues. En 1934, s'installait en face le Comité régional du Parti... et la place devint le lieu d'affrontement idéologiques. La direction du Parti prit alors la décision de transformer la cathédrale en opéra, mais le sort en décida autrement. En février 1935, sur proposition du responsable local du NKVD, et avec l'accord des Soviets, il fut finalement décidé de faire sauter le bâtiment à l'explosif et de récupérer les briques pour la construction du nouvel édifice destiné au Commissariat au Peuple. Cependant, la destruction ne s'est pas passée tout-à-fait comme prévu et les blocs désagrégés se révélèrent inaptes à la récupération. L'ancien jardin épiscopal disposé autour de la cathédrale devint le Jardin des Pionniers. Au fil des années, les ruines du bâtiment ont fait office d'éléments décoratifs. Dans les années 1960-1970, il y avait là un petit étang (avec la sculpture d'un cerf en son centre) et une petite fontaine avec des pingouins qui faisaient le bonheur des enfants. La fontaine fut reconstruite en 1996. En 1999, une croix fut installée à l'emplacement de l'ancienne cathédrale.

Image
La cathédrale de la Dormition photographiée au début du XXe siècle
Image

Image Image
La fontaine au milieu du Jardin des Pionniers en 2005, avant la reconstruction de la cathédrale et, ci-dessous, au moment des fouilles archéologiques à l'été 2005
Image

Image
...et le cerf déplacé dans le nouveau jardin en 2008

Image
La petite fontaine avec la sculpture des enfants aux pingouins dans le Jardin des Pionniers en 2005 et dans le nouveau jardin autour de la cathédrale en 2008 (ci-dessous)
Image Image

La décision de reconstruction à l'identique émise par les autorités religieuses du diocèse d'Omsk-Tara fut appuyée par le gouverneur de l'oblast et le projet entériné lors d'une rencontre avec le métropolite, pour le 110e anniversaire de la création du diocèse en mars 2005 et officiellement approuvée en juillet de la même année. Après des fouilles archéologiques menées au cours de l'été 2005, la première pierre fut posée le 14 octobre 2005 (jour de la fête orthodoxe de la Protection de la Mère-de-Dieu). Le bâtiment a été achevé et ouvert aux paroissiens le 15 juillet 2007.

Image

Image Image

Image Image

Image Image

Image

Image
(photo DR - avril 2008)

Bill

Messagepar Bill » sam. nov. 22, 2008 10:23 pm

Image

D'autres vues de l'intérieur de la cathédrale : les iconostases de l'autel principal et de l'une des chapelles latérales (ci-dessous).

Image


Image

La place de la cathédrale (Соборная площадь) vue depuis l'allée piétonne qui mène à la Porte de Tara, avec ses fontaines et ses parterres fleuris à la belle saison.


Image

La sculpture du Marathonien (скульптурная композиция "Золотой марафонец", V. Kirillov, 2003) en bordure de la place de la cathédrale, face au grand bâtiment des institutions judiciaires régionales.

Bill

Messagepar Bill » dim. nov. 23, 2008 4:07 pm

Image

Image L'église Saint-Nicolas d'Omsk (Никольская казачья церковь (собор с 1916 г.), ул. Ленина, 27) a été construite entre 1833 et 1840 grâce aux dons des citoyens et de la troupe des Cosaques de Sibérie. Elle est située au milieu d'une place et d'un petit parc entre les rues actuelles Lénine (autrefois de l'Ataman) et K. Marx, en face de l'école militaire des Cadets et non loin du Tiouz. Le bâtiment a été conçu selon un projet initial daté de 1826 de l'architecte de Saint-Petersbourg V.P. Stassov dans le style Empire, projet complété en 1833 par A.A. Leschev et P.I. Praman.

Image L'église Saint-Nicolas vers le milieu du XIXe siècle.

L'édifice en brique, sans étage, à la forme caractéristique du "bateau". Le tambour du dôme central, placé au-dessus de portiques aux colonnes doriques, est entrecoupé de fenêtres demi-cylindriques. L'abside est rectangulaire. L'avant-nef, avec ses 3 ouvertures au nord et au sud, est couverte d'un toit à deux pentes. Les croix en bronze recouverte de feuilles d'or ornent les sommets de la grande coupole et du clocher dont l'aiguille est également peinte en verte. Les murs lisses sont ornés de pilastres décoratifs et d'une corniche complexe. Les fenêtres en hémicycle sont encadrées de chambranles et espacées par des balustres. La façade occidentale est affectée d'un portique à 4 demi-colonnes d'ordre dorique. L'entrée est flanquée de niches. Le dôme principal est couvert d'une tourelle ajourée à 4 fenêtres coiffée d'une petite coupole hémisphérique. Le clocher est à 2 niveaux avec une galerie inférieure de forme carrée ornée de 4 baies et une galerie supérieure en octaèdre également ornée de baies, le tout couronné par une aiguille supportant la croix (hauteur totale 33,5 m). Il abrite une grande cloche et 6 petites.

A l'intérieur, les 3 iconostases décorant les autels étaient elles aussi de style Empire. Elles étaient fabriquées en 1838 par le maître d'Ekaterinbourg Pierre Batov et ses compagnons. Elles ne se sont pas conservées. Outre de nombreuses icônes (dont une icône miraculeuse de la Mère-de-Dieu-de-Kozelschanskaïa), l'église abritait aussi une douzaine d'étendards de régiments cosaques (dont le fameux étendard du célèbre chef cosaque et prince de Sibérie Ermak, mercenaire au service des Stroganov, et qui, de 1581 à 1583, annexa les bassins de l'Ob, de l'Iénissei et de la Léna).

Image

Image

Les premiers paroissiens de l'église Saint-Nicolas étaient donc les cosaques d'Omsk et des villages alentours. Ici étaient bénis les combattants partant au front et étaient servis les offices pour les morts. Une école pour fille y fut également ouverte en 1897 (bâtiment annexe construit en 1903). Sous son patronage rentraient dans les faits plusieurs institutions, écoles et pensions pour les familles cosaques, situées dans différents endroits de la ville, ainsi que plusieurs chapelles de bourg. L'église a baptisé plusieurs personnages célèbres dont de futurs héros de la Première guerre et de l'Union soviétique. Elle reçu la visite du tsarévitch Nicolas en 1898, le futur et dernier tsar, ainsi que celle du Président du Conseil des ministres Stolypine en 1910. Après la Révolution bolchevique, le corps des cosaques fut dissout (de nombreuses unités cosaques avaient rejoint l'amiral Koltchak) et la période sombre débuta avec l'arrivée du pouvoir soviétique à Omsk.

Image

A partir de 1921, l'Etat confisquait tous les biens religieux de l'église. Les arrestations et les assassinats commencèrent en 1923. Les ordres militaires cosaques furent transférés dans un musée. Les archives et les ouvrages de la bibliothèque furent perdus. Le pillage continua jusqu'en 1928, année pendant laquelle fut prise par le Soviet d'Omsk la décision de fermer le bâtiment, effective 2 ans plus tard. Les cloches furent retirées et fondues. Les icônes disparurent. Le dôme et le clocher furent démolis, un deuxième étage construit au-dessus de l'avant-nef. A la fin des années 1920, le bâtiment abritait un jardin d'enfants, puis, dans les années 1930, un club des bâtisseurs. A l'époque de la Grande guerre patriotique, s'y installa un institut de génie civil puis un bureau d'études du constructeur aéronautique Toupolev. A la fin des années 1940, c'est le cinéma "La Victoire" qui occupa les lieux, puis une administration, une école de musique, un comité sportif... A partir de 1966, le bâtiment n'était plus exploité. En 1970, le conseil municipal prit la décision de le démolir, décision à laquelle s'opposèrent plusieurs responsables de la Culture et des artistes. Finalement, le bâtiment étant placé sous la protection de l'Etat, il fut décidé en 1974 d'entreprendre sa restauration. Les croix furent à nouveau placées en 1983. Entre 1983 et 1998, l'église abrita un orgue. A l'époque, le bâtiment était cogéré par le diocèse et la société philharmonique qui y donnait des concerts de bienfaisance.

Image

Le cinéma "Pobeda" ("La Victoire") occupait le bâtiment défiguré à partir de la fin des années 1940.

De nos jours, malgré les restaurations, l'aspect extérieur de l'église Saint-Nicolas a quelque peu changé par rapport à l'origine, avec notamment la disparition du motif (militaire) à guirlandes qui ornait le dôme - un apport principal du style Empire -, des colonnes plus massives, une "jupe" sous la pointe du clocher... Malgré ces changements, l'édifice a toutefois gardé sa grandeur et son harmonie architecturale.

Image

L'iconostase de l'autel principal, sous la nef et sa grande coupole.


Image Image
Image (photos hivernales © 2008 Падунский)


Image

Une entrée latérale de l'église (l'accès principal se fait sous le clocher).


Image

Plaque commémorative apposée sur la façade de l'église rappelant la visite de Saint-Jean de Kronstadt en 1905.


Image

Le dôme et le clocher de l'église Saint-Nicolas vus au soleil couchant depuis l'hôtel "Tourist".

Sirelius
Messages : 172
Inscription : dim. avr. 08, 2007 5:52 pm
Localisation : Lyon

Messagepar Sirelius » lun. nov. 24, 2008 12:07 am

Bill, tu vas finir par m'en vouloir, j'ai trouvé une petite erreur ;)

Bill a écrit : Elle reçu la visite du tsarévitch Nicolas en 1898, le futur et dernier tsar


Nicolas II est déjà tsar à cette date, son père Alexandre III décèdant en octobre 1894. Le couronnement eut lieu en mai 1896 et fut le théatre de la tristement célèbre bousculade de la Khodynka, qui fit des milliers de morts.

Maintenant le sujet est à l'image de tes autres interventions, irréprochable ;-)
"N'est grand en Russie que celui à qui je parle, et pendant que je lui parle" Paul Ier

Bill

Messagepar Bill » lun. nov. 24, 2008 2:08 am

Sirelius a écrit :
Bill a écrit : Elle reçu la visite du tsarévitch Nicolas en 1898, le futur et dernier tsar

Nicolas II est déjà tsar à cette date, son père Alexandre III décèdant en octobre 1894.

Oui, pardon, il fallait lire 1891 comme mentionné plus haut.

Bill

Messagepar Bill » lun. nov. 24, 2008 10:36 pm

Pour le plaisir des yeux... deux autres vues de la cathédrale de la Dormition et de l'église cosaque Saint-Nicolas d'Omsk (photos (c) 2008 S.G. Koulichkine)

Image

Image

Bill

Messagepar Bill » lun. nov. 24, 2008 10:39 pm

On surfe sur les époques...

Image
(photo DR)

Située en rive gauche de l'Irtych, dans le district Kirov, au milieu d'une grande place entourée de barres d'immeubles modernes du 5e micro-quartier, la grande cathédrale de la Nativité-du-Christ (Христо-Рождественский кафедральный собор - 2000-летия христианства, ул. Степанца) est une construction récente érigée pour le 2000e anniversaire de l'ère chrétienne et qui a ouvert ses portes aux paroissiens le 7 janvier 2001, pour le premier Noël orthodoxe du XXIe siècle. Les auteurs du projet : A. Karimov et A. Slinkine. Cette grande église à 5 dômes dorés et mince clocher de 42 m de haut, posée sur une zone bien dégagée, se voit de loin.

Image

Les ombres se découpent sur cette image satellite (GoogleMap)


Image

Image

Image


Image

A l'intérieur de la cathédrale (photo (c) 2008 S.G. Koulichkine)

HenrySmart12
Messages : 1
Inscription : jeu. janv. 26, 2017 12:58 pm

Re: Omsk et ses églises

Messagepar HenrySmart12 » jeu. janv. 26, 2017 1:00 pm

The Cathedral of the Dormition in Omsk is definitely one of the finest examples of the identical reconstruction of ancient monuments in Russia which has been demolished after the Revolution. The history of architectural monuments can be traced at http://bigpaperwriter.com/blog/essay-on-architecture


Revenir vers « Ville à ville »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité