Ekaterinbourg (Partie I)

Venez découvrir la Russie, toute la Russie!
Bill

Ekaterinbourg (Partie I)

Messagepar Bill » sam. déc. 08, 2007 2:29 pm

Capitale historique et important centre économique de l'Oural, située à la limite géographique de l'Europe et de l'Asie, sur les contreforts orientaux de la chaîne de montagnes, Ekaterinbourg/Yékatérinbourg/Екатеринбург (3 heures de décalage avec Moscou) a été fondée le 26 novembre 1723 le long de la rivière Isset (река Исеть) par décret du tsar Pierre le Grand qui la baptisa du prénom de son épouse, l'impératrice Catherine (Ekaterina) I. La nouvelle cité devait assurer à la fois des fonctions administratives de gestion des usines sidérurgiques du district de l'Oural, région riche en minerai de fer, mais aussi des fonctions commerciales, industrielles et de défense militaire. C'est ainsi qu'apparurent au XVIIIe siècle de nouvelles forteresses destinées à protéger les mines et les usines exploitant les importantes ressources naturelles locales.

Au XIXe siècle, la cité d'Ekaterinbourg – « fenêtre sur l'Asie » – prit rapidement de l'importance après la découverte de nouveaux gisements dans la région (fer, cuivre, nickel, manganèse, bauxite...), de minéraux précieux (or) et semi-précieux et la construction du réseau ferré du Transsibérien dont elle constitue l'ultime « étape européenne » avant les grandes plaines de la Sibérie. Puis vint la Révolution bolchevique et l'épisode sanglant de l'assassinat de la famille du dernier des Romanov, le tsar Nicolas II, en juillet 1918, dans la maison Ipatiev, alors que la Garde Blanche s'apprêtait à reprendre la ville à l'Armée Rouge (cette maison a été détruite en 1977 sur ordre d'un certain Boris Eltsine alors responsable du parti communiste local ; son emplacement exact est occupé depuis 2003 par l'église-sur-le-sang-versé). En 1924, après la mort de Lénine, la ville prendra le nom de Sverdlovsk (Свердловск), d'après le nom du chef bolchevique Iakov Sverdlov (qui avait ordonné l'exécution du tsar et de sa famille), et ce jusqu'à fin 1991. La région de Sverdlovsk deviendra l'une des bases du vaste programme d'industrialisation de l'URSS de Staline. Durant la Seconde Guerre mondiale, Sverdlovsk, positionnée loin des champs de bataille, fut un centre de production d'armement très important et sa région deviendra, après guerre, la plus industrialisée du pays après celle de Moscou. En raison de son complexe militaro-industriel et de ses activités stratégiques de défense, la cité sera fermée au monde extérieur jusque dans les années 1990, après l'effondrement de l'URSS.

Avec une population voisine de 1,3 million d'habitants (2006) –- soit la quatrième ville de la Fédération de Russie après Moscou, Saint-Pétersbourg et Novossibirsk --, Ekaterinbourg est une ville agréable en pleine croissance et en totale reconstruction. Important noeud de voies transport et de communication (grande route sibérienne, voie ferrée du Transsibérien, aéroport international de Koltsovo –- 3e « hub » russe), c'est aussi un important centre culturel, scientifique et industriel, riche en monuments historiques et religieux, dotée d'un réseau de transports étendu et diversifié (tramway, trolleybus, autobus et métro), possédant de nombreuses universités (dont l'Université d'Etat de l'Oural fondée en 1920) et instituts de recherche, d'une douzaine de musées (dont le très intéressant musée de minéralogie), plusieurs grands théâtres, d'un conservatoire et d'une salle de concert philharmonique, de nombreuses bibliothèques, d'une douzaine de stades...


I. Le barrage et la perspective Lénine (place de la mairie)


Image

C'est au coeur de la ville, sur la rive gauche de l'Isset, à l'endroit où la perspective Lénine franchit le « Barrage », que se dresse le monument dédié aux pères-fondateurs de la cité, Vassili Tatischev et Villim de Guennine (памятник основателям города – В.Н. Татищеву и В.И. де Геннину). Oeuvre du sculpteur P. Tchoussovitine inaugurée pour le 275e anniversaire de la ville, en août 1998.

Un peu d'histoire : envoyé dans l'Oural en 1720 par Pierre le Grand avec mission de remettre de l'ordre dans l'administration et la gestion des usines de la région, le jeune et ambitieux capitaine, fonctionnaire, diplomate, géographe et historien Vassili Tatischev (Василий Никитич Татищев, 1686-1750) entreprend de déplacer l'usine alors située sur les rives de l'Ouktous (à six verstes au sud du centre de l'actuelle Ekaterinbourg) et menacée par les inondations. Ayant choisit l'emplacement de la nouvelle usine de transformation des minerais de fer et de cuivre, future résidence de l'administration des usines de l'Oural sur les rives de l'Isset, Tatischev initie, en février 1721, les travaux de construction d'un barrage pour réguler les caprices de la rivière. Puis tout s'arrête en raison d'un conflit ouvert entre Tatischev et les Demidov, grande famille de propriétaires des usines sidérurgiques de la région, proche du cercle impérial. Les travaux reprennent en mars 1723 après l'intervention du nouveau patron de l'usine d'Outkous, le major-général d'origine germano-hollandaise Georg-Vilgelm de Guennin (Виллим Иванович Геннин, 1676-1750) qui dénoue rapidement ce conflit et supporte le projet de Tatischev. Ekaterinbourg vient d'être officiellement fondée.

Image
« A Vassili Tatischev et Villim de Guennine, la ville d'Ekaterinbourg reconnaissante ». Monument érigé en août 1998 pour le 275e anniversaire de la fondation de la ville (1723). Pour info, de Guennine est à gauche et Tatischev à droite).


Image

Les fondateurs Tatischev et de Guennine contemplent donc le « Barrage » (« Плотинка ») sur l'Isset, la plus ancienne construction de la cité. La base de la digue, parfaitement conservée jusqu'à nos jours, a été bâtie en mélèze dont le bois s'est pétrifié dans l'eau. C'est un barrage d'usine typique (longueur 209 m, largeur 42,6 m, hauteur 6,9 m) avec une chute d'eau au centre et deux tunnels à droite et à gauche alimentant les mécanismes hydrauliques. Première mise en eau le 7 (18 ) novembre 1723, date considérée comme celle de la naissance de la ville. Zone industrielle entourée de hauts murs jusqu'en 1962, ce territoire fut par la suite reconstruit. Le barrage fut alors revêtu de granit et les bâtiments de l'usine adjacente détruits. Sous la pression publique, la municipalité décida de créer en ce lieu un centre muséographique historique.


Image

Les eaux de l'Isset s'engagent donc avec rapidité dans l'ouverture pratiquée au centre de la digue et bouillonnent en contrebas avant de s'épancher dans un plan d'eau rectangulaire. Sur la gauche, on peut voir un bas-relief dû au sculpteur P. Charlaïmov inauguré pour le 200e anniversaire de la fondation de la ville, en 1923 (памятник-барельеф « Pождение города ») qui représente différents personnages ayant participé à la création de la cité. Composition ôtée de son mur lors de la reconstruction du site dans les années 1960, restaurée, puis repositionnée ici pour le 250e anniversaire, en 1973.

Image
Vue hivernale du barrage sur l'Isset (« Плотинка ») dans le centre historique d'Ekaterinbourg. Au fond, la tour de télédiffusion inachevée - (c) 2004 E2ard.


Image

C'est à proximité du barrage et sur la rive gauche de l'Isset, sur le territoire du Square historique (Исторический сквер) construit en 1973 – lieu de grands rassemblements populaires lors des fêtes – que se sont installés les musées de l'histoire de l'architecture et de la technique industrielle de l'Oural (Музей истории архитектуры и промышленной техники Урала) et le musée régional (краеведческий музей (отдел природы)). Le premier, ouvert en 1975, occupe l'ancien Hôtel de la Monnaie (Монетный двор) qui, de 1725 à 1876, frappait près de 80 % des pièces de cuivre de l'empire russe, ainsi qu'un second bâtiment vestige d'une grande fabrique mécanique datant de 1839. En 1992, un monument à Pierre le Grand fut inauguré dans cette cour (« Петровский дворик ») où sont exposées à ciel ouvert d'anciens matériels de fonderies industrielles.


Image

Derrière le monument à Tatischev et de Guennine, sur la place du Travail (площадь Труда), se dresse la chapelle Sainte-Catherine (часовня Во имя Святой Великомученицы Екатерины) construite à la même époque (A.V. Dolgov, 1998 ). Peu après l'édification du barrage sur l'Isset en 1723, s'élevait déjà à cet endroit une église en bois dédiée à Sainte-Catherine, église qui fut détruite vingt ans plus tard lors d'un incendie, en 1747. La grande et majestueuse cathédrale Sainte-Catherine en pierre qui la remplaça (Екатерининский собор, archi. Johan Miller, 1758 ), était bâtie dans un style baroque russe avec un clocher à flèche, horloge et carillon de près de 60 m de haut (qui faisait aussi office de tour de guet et d'alerte-incendie). Plan modifié dans les années 1830 par M.P. Malakhov qui ajouta des portiques de style classique.

Image Image
La cathédrale Sainte-Catherine - à droite, vue du plan d'eau de la retenue formée par le barrage avec l'hôtel particulier Sébastianov (photographies de la fin du XIXe siècle).

La cathédrale, profanée et saccagée par les bolcheviks dans les années 1920 (reliques ouvertes, objets religieux précieux en or et en argent emportés) a été finalement explosée en 1930. Au premier plan, la fontaine de la « Fleur de pierre » (фонтан « Каменный цветок », ici à l'arrêt), ainsi nommée d'après un conte de Pavel Bazhov dont nous reparlerons plus loin (on retrouve une telle fontaine au parc VVTs/VDNKh à Moscou par exemple, un peu plus élaborée que cette dernière).

Image
La chapelle Sainte-Catherine (1998 ).

Image
La fontaine de la « Fleur de pierre ». A l'arrière-plan, le monument à Tatischev et de Guennine et la flèche de la mairie.


Image

Traversons la perspective Lénine pour découvrir, donnant à la fois sur la rive gauche de la retenue du barrage et sur la place du Travail, l'architecture surprenante de la grande maison Sévastianov (Дом Севастьянова, пр. Ленина, 35). Construite en 1866 par l'architecte A.I. Padoutchev pour N.I. Sevastianov (1819-1883), riche conseiller de la cour impériale pour l'industrie minière. Après la Révolution de 1917, le bâtiment devint le siège du Commissariat pour le Travail, auquel succéda l'Union des syndicats (d'où l'inscription Дом Союзов).

Image
Vue de la retenue du barrage sur l'Isset avec la maison Sévastianov et la cathédrale Sainte-Catherine en 1910 (collection Prokoudine-Gorski).


Image
(cliquer pour une vue agrandie)

Pivotons de 180° et contemplons le panorama qui s'offre à nous depuis la maison Sévastianov : devant, l'étang (Городсой пруд) formé par la retenue sur l'Isset en amont du barrage (« Плотинка »). Sur la digue, la perspective Lénine (проспект Ленина) que longe une promenade piétonnière décorée des bustes* des écrivains Pavel Bazhov et Dimitri Mamine-Sibiriak et, trônant au milieu, le curieux monument de l'ordre de Lénine accordé à la ville de Sverdlovsk en 1973. Au second plan, donnant sur la perspective Lénine, de la gauche vers la droite, les bâtiments de l'Institut de Métallurgie (здание горно-металлургический колледж им. И.И.Ползунова, 1806), du Conservatoire (Уральский государственный консерватории, 1835) et, de l'autre côté de la rue, le lycée municipal (городской гимназия №9, 1852). Au centre, le bâtiment de la mairie avec sa flèche caractéristique (1947-1954).

(*) Jusqu'à la Révolution, la promenade le long du barrage était ornée de deux autres bustes, ceux de Pierre le Grand et de son épouse Catherine I, détruits par les bolcheviks en 1917. Le piédestal de Pierre I fut ultérieurement réutilisé comme support d'une nouvelle statue de Gorki placée sur le quai portant son nom. Depuis 1993, le piédestal en question a retrouvé son maître dans le Square historique, plus exactement dans la cour du musée de l'histoire de l'architecture et de la technique industrielle de l'Oural (« Петровский дворик »).


Image

Engagés sur la perspective Lénine, nous ne tardons pas à nous retrouver sur la place de l'année 1905 (площадь 1905 года) où se dresse l'imposant bâtiment de la mairie et de l'administration de la ville (Администрация города) avec sa tour d'horloge coiffée d'une haute flèche qui domine les environs. La mairie occupe l'emplacement des anciennes galeries marchandes (Gostiny dvor) détruites au début du XXe siècle. Si la place est étrangement vide, c'est qu'elle est provisoirement fermée à la circulation ce jour-là.

Image
L'hôtel de ville d'Ekaterinbourg vu du ciel - © 2005 Daryass.

Image

L'hôtel de ville : édifice construit entre 1947 et 1954 selon les plans de l'architecte Georgui A. Goloubev dans un style stalinien grandiloquent. Plusieurs bas-reliefs représentant divers personnages (Lénine, Sverdlov, Azine, Valek, Khokhriakov, Vaïner, Malychev, Karpinski, Popov, Mamine-Sibiriak, Tchaïkovski, Réchiotnikov, Tchérépanov...) décorent la façade. Bâtiment parfois connu sous le nom de « Maison Grise » (« Серый дом ») en raison de l'utilisation massive de granit dans sa construction (et sans doute aussi par distinction avec la « Maison Blanche » qui abrite le pouvoir régional). Fresque murale en haut des escaliers représentant la Tour du Sauveur du Kremlin de Moscou (Спасская башня Кремля), histoire sans doute de rappeler aux autochtones qui est le Maître...

Image
Parade militaire sur la place de l'année 1905 vue du toit de la mairie - © 2004 Andreï Golovine.


Image

Lénine jouant aux boules sur la place de l'année 1905 (пл. 1905 года)... Jusqu'à la Révolution, se dressait au centre de cette place la cathédrale de l'Epiphanie (Богоявленский кафедральный собор) construite en 1771 à l'emplacement d'une église en bois plus ancienne datant de 1745-1747. Les travaux de cet édifice de 55 m de long sur 26 de large, avec un clocher de 66 m de haut, ressemblant par ses formes à la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Saint-Pétersbourg et pouvant abriter 4500 fidèles, ont duré 24 ans. En 1906, une statue du tsar Alexandre II, posée sur un piédestal en marbre de l'Oural, ornait également le centre de la place (alors Кафедральная площадь), monument démonté en 1919. La cathédrale fut détruite en 1930 et plus tard remplacée par une tribune en granit dominée par une sculpture de 6 m de Lénine, inaugurée en 1957, qui fait face à la mairie. C'est la place traditionnelle des défilés. Le 1er mai 1960, plusieurs milliers de citoyens purent assister, dans un ciel parfaitement dégagé, à l'interception, à près de 20 000 mètres d'altitude, de l'avion-espion américain U2 piloté par Francis Gary Powers (1929-1977) par un tir de batterie sol-air SA-2. Le pilote rescapé fut fait prisonnier et plus tard échangé contre l'espion soviétique Rudolf Abel. Depuis quelques années, un village de glace (ледяной городок) est bâti chaque Nouvel An au milieu de la place.

Image
La cathédrale de l'Epiphanie devant les anciennes galeries marchandes (Gostiny Dvor), emplacement aujourd'hui occupé par la mairie. Au centre, l'actuelle rue du 8-mars qui croise la perspective Lénine. (photographie de la fin du XIXe siècle).

Image
La cathédrale de l'Epiphanie en 1910, démolie en 1930 (collection Prokoudine-Gorski).

Image
La statue du tsar Alexandre II sur la place de la cathédrale en 1910 (collection Prokoudine-Gorski).

Image
La statue de Lénine face à la mairie - (c) 2005 hamster.


Image

C'est à l'angle de la perspective Lénine et de la rue du 8 mars (ул. 8 марта, 8 ), donnant sur la place de l'année 1905, que se trouve cette belle demeure connue localement comme « Maison de l'acteur » (Дом актера), où siège le syndicat des gens de théâtre depuis 1988 (СТД – Союз театральных деятелей). Hôtel particulier construit en 1890 selon un projet de l'architecte I.O. Dioutel pour l'industriel S.E. Toupik dans un style éclectique avec des éléments baroques. Immeuble réquisitionné à la Révolution qui eût par la suite différents usages. Etage supérieur ajouté dans les années 1920 (S.V. Novossielski).


Image

Toujours perspective Lénine, mais de l'autre côté de la place de l'année 1905 (пр. Ленина, 23/25), voici la « Maison des Korobkov » (Дом купцов Коробковых), deux anciens hôtels particuliers datant des années 1820 (architecte M.P. Malakhov) portant le nom de leurs premiers propriétaires. Façade de style classique à laquelle fut ajoutée des éléments gothiques à la fin du XIXe siècle. Si ces édifices n'ont pas été détruits (notamment lors de la reconstruction de la place en 1980), cela tient sans doute au fait qu'au début du XXe siècle s'y trouvait l'office du notaire A. Ardachev, demi-frère de Lénine... Immeubles aujourd'hui occupés par des enseignes commerciales.

Image
Les immeubles des marchands Korobkov donnant sur la place de la cathédrale (photographie de Metienkov, début du XXe siècle).


A suivre : partie II - http://www.vivreenrussie.net/forum/viewtopic.php?p=82658#82658

irinkahgq
Messages : 1
Inscription : ven. sept. 04, 2009 12:07 am
Localisation : Marseille
Contact :

Re: Ekaterinbourg (Partie I)

Messagepar irinkahgq » ven. sept. 04, 2009 12:15 am

Bill a écrit :Ekaterinbourg/Yékatérinbourg/Екатеринбург (3 heures de décalage avec Moscou)


Une petite correction: c'est 2 heures de décalage avec Moscou et 4 heures avec Paris ;)

Bill

Re: Ekaterinbourg (Partie I)

Messagepar Bill » ven. sept. 04, 2009 12:28 am

irinkahgq a écrit :
Bill a écrit :Ekaterinbourg/Yékatérinbourg/Екатеринбург (3 heures de décalage avec Moscou)

Une petite correction: c'est 2 heures de décalage avec Moscou et 4 heures avec Paris ;)

Ah que bien sûr ! :) Une anecdote : lorsque je me suis rendu à Samara en 2007, j'ai passé 8 jours une heure en retard à ma montre par rapport à l'heure locale... Je ne m'en suis aperçu que juste avant aller reprendre l'avion parce que j'avais un doute ! Finalement, comme les Russes ne sont pas très regardant sur l'heure dans les magasins ou les restaurants, je ne m'en étais jamais rendu compte... Comme quoi, on peut bien parfois se passer de montre quand on n'a pas de rendez-vous ! ;) Là où j'ai toujours eu un peu plus de mal, c'est dans les gares éloignées avec les horaires affichés à l'heure de Moscou...

Bill

Messagepar Bill » jeu. sept. 17, 2009 11:24 am

Oui, ça serait bien d'actualiser, parce que mes photos commencent à dater... (plus de 4 ans). Et en plus tout un fil a disparu (les magouilles de Régis ;)). Montrez, montrez ! :)

allouchka
Messages : 37
Inscription : sam. déc. 19, 2009 2:49 am
Localisation : Rennes

Messagepar allouchka » sam. déc. 19, 2009 3:10 am

oh, ma ville natale!!!
que ça fait plaisir!

je vous mettrai quelques photos aussi ce week end. elles datent un peu aussi car ça fait quelque temps que je n'y vis plus mais ce seront des souvenirs personnels ;)


Revenir vers « Ville à ville »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités