Tomsk (4)

Venez découvrir la Russie, toute la Russie!
Bill

Tomsk (4)

Messagepar Bill » mer. mars 18, 2009 1:52 am

Ville de Tomsk (mes photos datent d'octobre 2006 et juillet 2008 ) - je complèterai éventuellement ultérieurement les commentaires.

Nous allons maintenant remonter la perspective Lénine, de la place centrale que nous venons de voir vers le parc Laguerny, en passant devant l'Université (c'est-à-dire le long de sa partie centrale sud - de l'Ouchaïka jusqu'à la rue Moskovski trakt - puis en continuant après la place Novosobornaïa, vers le parc qui marque son extrémité sud, ou quartier Elanskaïa, soit environ 3,5 km).

La perspective Lénine, la plus longue (8 km au total) rue de Tomsk qui est parallèle au cours du Tom, traverse 3 quartiers de la ville (Kirov, Soviet et Lénine). Par le passé, elle a porté plusieurs appellations selon les voies qu'elle emprunte de nos jours [Богоявленская, Большая, Миллионная, Почтамтская (Большая Почтамтская), Садовая (Большая Садовая), Университетская, проспект Тимирязева (Тимирязевский проспект), Коммунистический проспект]. C'est depuis 1959 qu'elle porte son nom actuel, après la réunification de plusieurs avenues. C'est aussi dans cette rue que défilent le plus grand nombre de marchroutki et de trolleybus qui transportent quotidiennement habitants et étudiants (et donc l'une des rues les plus fréquentées par la circulation automobile). Enfin, c'est le long de la perspective Lénine que l'on trouve le plus grand nombre de monuments et d'édifices culturels, de bâtiments administratifs, de magasins et centres commerciaux, d'institutions d'enseignement et de services de restauration.


Image
A l'angle de la rue Batienkov et de la perspective Lénine, donnant sur la place Lénine à hauteur du franchissement souterrain de l'Ouchaïka, se trouve le grand magasin des « 1000 bagatelles » (il existe de nombreux magasins de cette chaîne dans plusieurs villes en Russie). Ce bâtiment à un étage, de style Art Nouveau, a été bâti au tournant des XIXe/XXe siècles par l'entrepreneur A.F. Vtorov* d'Irkoutsk qui avait ici acquis un terrain auprès du marchand Chabaline. Le « Passage Vtorov » (architecte K.K. Lyguine ?) abritera au rez-de-chaussée des boutiques et à l'étage les chambres du luxueux hôtel « Europe ». Dans son prolongement côté rue de la Poste (de nos jours la perspective Lénine) s'installa la Banque sibérienne du Commerce (siège actuel de la Banque d'Etat) / (Магазин «1000 мелочей», бывший «Второвский пассаж», пр. Ленина, 111)

(*) Pour la petite histoire, son fils, Nikolaï Aleksandrovitch, richissime financier et industriel (sa fortune était estimée à 150 millions de roubles en 1916-17) qui possédait notamment avant la Révolution les usines moscovites « Elektrostal » et « AMO », ainsi que la Banque pour l'Industrie, tué dans des conditions mal établies en 1918 (ce qui provoqua alors, et de façon assez inattendue, une manifestation négative de ses ouvriers et employés envers les soviets), habitait un bel hôtel particulier à Moscou... qui deviendra des années plus tard la résidence de l'ambassadeur des Etats-Unis d'Amérique en Russie.

Image
Le soir tombe sur les « 1000 bagatelles »...

Image
Boutiques et bureaux après l'ancien « Passage Vtorov », façade donnant sur la perspective Lénine. C'est aussi le siège de l'école régionale de musique du nom d'E. Denissov / (Магазины, Томское областное музыкальное училище им. Э.В. Денисова», пр. Ленина, 109)

Image Le centre commercial moderne « Big City » se dresse de l'autre côté de la perspective Lénine, au n° 80a / (Торговый центр «Big city», пр. Ленина, 80а)

Image
Au n° 105 de la perspective Lénine, au carrefour avec la ruelle Nakhanovitch (n° 8 ), le « Nijni Gastronom » - ou « Epicerie du bas (de la rue) » - est situé en face du cinéma « Kinomir ». Ce bâtiment, qui abrite également de nos jours la Douma municipale, a été construit en 1899 sur un projet de K. Lyguine pour le compte du marchand G. Golovanov. C'est l'un des plus beaux édifices en pierre de la ville. Après la Révolution, les boutiques de chaussures et vêtements furent transformées en coopérative et, plus tard, on y trouvait aussi un magasin pour les employés des chemins de fer. A l'époque soviétique, le magasin portait le nom de « Gastronom n° 2 ». Pour mémoire l'« Epicerie du haut » ou « Gastronom n° 1 » se trouve sur la place Novosobornaïa, plus haut sur l'avenue / (Нижний гастроном, пр. Ленина, 105/пер. Нахановича, 8 )

Image
Le magasin Golovanov photographié à la fin du XIXe ou au début du XXe siècle / (Магазин Голованова в конце XIX - начале XX веков)

Image
Le « Nijni Gastronom » vu à la tombée de la nuit / (Нижний гастроном, пр. Ленина, 105/пер. Нахановича, 8 )

Image
La façade du « Nijni Gastronom » côté ruelle Nakhanovitch, vue de la placette devant le cinéma « Kinomir » ornée d'une fontaine à boule en granite (que l'on peut faire tourner avec la seule force de la main !) / (Нижний гастроном, пр. Ленина, 105/пер. Нахановича, 8 + фонтан перед зданием кинотеатра «Киномир»)

Image Image
Le cinéma « Kinomir » (2 salles) situé de l'autre côté de la ruelle Nakhanovitch par rapport au « Nijni Gastronom » avec, sur la placette donnant sur la perspective Lénine, une fontaine originale dont la pression du jet soulève une lourde boule de granite que l'on peut ainsi faire tourner de la main (en forçant un peu quand même !). Ce cinéma, ouvert en 1916, avant la Révolution d'Octobre, fut successivement nommé « Mars » puis « Intime », Cinéma n° 1, Cinéma Gorki (premier cinéma sonore de Sibérie en 1931), et maintenant « Kinomir » (premier cinéma de la ville à être équipé du système Dolby Digital en 1998 après sa modernisation) - http://kinomir.tom.ru. C'est dans ce même bâtiment que se trouve le Théâtre de chambre d'art dramatique (entrée à l'opposé de l'immeuble) / (Перед зданием кинотеатра «Киномир» расположен оригинальный фонтан с врашающимся гранитным шаром, пер. Нахановича, 7)

Image Image
Le cinéma Gorki en 1957, en 1965 et en 1971

Image
De l'autre côté de la perspective Lénine, dans la continuité de la ruelle Nakhanovitch, au n° 5, on peut voir le grand bâtiment à deux étages construit au début du XXe siècle (l'ancienne maison de rapport de Madame N.I. Orlova bâtie en 1903 par l'architecte K.K. Lyguine), en brique rouge et parement blanc, du musée régional des Beaux-Arts fondé en 1979 et ouvert en 1982. Il regroupe l'ensemble des collections de peintures, de dessins et d'icônes russes des XVIII-XXe siècles autrefois conservées dans le musée régional des arts décoratifs de Tomsk / (Томский областной художественный музей, пер. Нахановича, 5 - бывший дом купчихи Н.И. Орловой до 1917 г.)

Image
En face du musée des Beaux-Arts, toujours ruelle Nakhanovitch (Iamskaïa avant 1920), se trouve le bâtiment du théâtre du Jeune Spectateur (le « Tiouz »). Cet édifice a été construit en 1911 pour héberger le cinéma « Nouveau » appartenant alors au marchand A.F. Gromov (nous verrons son ancienne demeure rue Gararine) puis ultérieurement agrandi. Il abrita un théâtre biélorusse pendant la guerre puis fut utilisé par la troupe du théâtre d'art dramatique jusqu'en 1977 avant la construction du nouveau bâtiment sur la place Lénine. Le « Tiouz », auparavant logé dans la Maison des Pionniers depuis 1980, prit possession des lieux en 1986. Rénovations importantes en cours / (Театр юного зрителя (ТЮЗ), пер. Нахановича, 4)

Image Image
A gauche, une plaque apposée sur la façade du « Tiouz » rappelle qu'ici, pendant les années de la Grande Guerre patriotique, fut évacué le théâtre national biélorusse Ianka Koupala / («В годы войны здесь работал в эвакуации Белорусский театр им. Я. Купалы», Театр юного зрителя (ТЮЗ), пер. Нахановича, 4). A droite, au milieu du square du Théâtre qui jouxte le bâtiment du « Tiouz », en face du musée des Beaux-Arts, on peut voir ce monument élevé en mémoire du porte-drapeau du mouvement révolutionnaire Iossif Kononov abattu lors d'une manifestation en janvier 1905 / (Памятник Иосифу Кононову, знаменосцу революции 1905 года, Театральный сквер)

Image
Nous remontons la perspective Lénine, passons devant quelques beaux immeubles anciens occupés par divers magasins et boutiques, dépassons la Poste (au n° 93) et l'hôtel « Sibir », et arrivons devant le n° 54. Il s'agit là d'une réalisation de l'architecte K.K. Lyguine datant de 1904-1906 pour le compte des propriétaires de la firme « Shtol et Schmidt » (d'où le double « S » décoratif sur le fronton) et qui a toujours hébergé une pharmacie. On remarquera les grandes baies cintrées du rez-de-chaussée qui constituait la devanture du magasin et les fenêtres plus étroites à l'étage, ou habitait autrefois le pharmacien. Façade lisse soigneusement décorée, sans saillies importantes / (Центральная аптека - бывший аптекарский магазин торгового дома «Штоль и Шмидт», пр. Ленина, 54)

Image
Une autre vue de la pharmacie avec, descendant la perspective Lénine, un trolleybus de la ligne 1 (photo (c) 2007 Aleksandr Danilov) / (Центральная аптека - бывший аптекарский магазин торгового дома «Штоль и Шмидт», пр. Ленина, 54)

Image
Détail de la façade de la pharmacie avec la moulure d'un caducée / (Центральная аптека - бывший аптекарский магазин торгового дома «Штоль и Шмидт», пр. Ленина, 54)

Image
De l'autre côté de la rue, au n° 83, nous découvrons l'ancien hôtel particulier de style Art Nouveau (certains parlent du style « Sécession viennoise ») du marchand G.F. Fléïer construit encore par K.K. Lyguine en 1905-1907, bâtiment de nos jours occupé par le Palais des mariages. La façade donnant sur la rue de cet édifice à un étage est assez complexe avec des balcons sur les éléments projetés en saillie (ressauts) gauche et central et une échauguette sur celui de droite. Son traitement décoratif est remarquable : les murs plâtrés et blanchis sont découpés par de larges baies rectangulaires soulignées par des chambranles en forme de cadre au rez-de-chaussée, alors qu'au niveau du premier étage les hautes fenêtres sont ornées de moulures (avec des rosaces dessous et dessus les ouvertures). Les angles des ressauts gauche et central sont ornés de pilastres et surmontés par des frontons brisés traités différemment : dans le fronton nord tient place une fenêtre cintrée avec, de chaque côté, des vases décoratifs, alors que le fronton central est simplement coupé. Quant au ressaut sud, son fronton s'achève par un attique avec une fausse fenêtre circulaire et des vases décoratifs. Toute la façade est ornée de moulures stylisées représentant des motifs végétaux (angles des fenêtres du rez-de-chaussée, passage du préau, mur du ressaut sud), des grappes de fruits ou du feuillage (au-dessus des pilastres du ressaut central et des supports de la corniche). L'ornement est particulièrement riche au niveau des frontons des ressauts et de l'attique. Grille curviligne au graphisme complexe sur les balcons et le parapet du toit / (Дворец бракосочетаний, пр. Ленина, 83 - бывший особняк Г. Флеера)

Image
Hôtel Fléïer/Le Palais des mariages (photo (c) 2007 Pavel Andrioushchenko) / (Дворец бракосочетаний, пр. Ленина, 83 - бывший особняк Г. Флеера)

Image Image Image
Hôtel Fléïer, détails / (Дворец бракосочетаний, пр. Ленина, 83 - бывший особняк Г. Флеера)

Image
De l'autre côté de la rue, au n° 52, un intéressant ancien immeuble du début du XXe siècle, de nos jours occupé par un magasin de vente de cadeaux et de souvenirs / (пр. Ленина, 52)

Image
Au milieu du square qui fait suite au Palais des mariages (côté numéros impairs de la perspective Lénine, en face du n° 50), trône depuis 1999 (année du bicentenaire de sa naissance) sur un piédestal ce buste d'Alexandre Pouchkine (sculpteur M. Anikouchine) / (Памятник великому русскому поэту/писателю Александру Сергеевичу Пушкину в сквере около Дворца бракосочетания, пр. Ленина)

Image
Alexandre Pouchkine songeur ne craint pas l'hiver... (photo Na Regnum) / (Памятник великому русскому поэту/писателю Александру Сергеевичу Пушкину в сквере около Дворца бракосочетания, пр. Ленина)

Image
Juste en face, de l'autre côté de l'avenue, au n° 50, se dresse ce bel édifice ancien en brique rouge, l'un des plus beaux de la ville, connu sous le nom de Maison des officiers. Au milieu du XIXe siècle s'élevait là l'hôtel particulier en bois de F.A. Gorokhov, un ancien procureur du gouvernement qui, après le mariage de sa fille avec l'un des plus importants propriétaires de mines d'or de Tomsk, E.V. Limonov, devint soudainement richissime et se rendit célèbre par sa prodigalité. Autour de sa maison, il fit arranger un magnifique parc orné d'un étang, avec une île artificielle et une gloriette visité, entre autres, par le décembriste S. Batienkov en 1847. N. Potanine écrivait à propos de Gorokhov : « Son jardin fut le premier en Sibérie : ici, dans un pavillon jeté sur l'étang à la place d'un pont, il donnait des repas de Lucullus au cours desquels les invités mangeaient dans des assiettes ornés de vignettes représentant son jardin avec des vues de Tomsk en arrière-plan, le champagne coulait dans des coupes énormes pouvant contenir une bouteille entière... ». Gorokhov est mort, ruiné, en 1851. Sa demeure fut cédée en 1865 à l'Assemblée des Nobles où toute la bonne société de Tomsk se réunissait pour se distraire. Mais en 1897 le bâtiment fut détruit dans un incendie ravageur.

Image
(Le bâtiment des réunions publiques en 1910)

Sur ses ruines, l'architecte K.K. Lyguine conçut un nouvel édifice en pierre, chef d'oeuvre des styles Renaissance et Classique. S'y est ouvert en 1900 le Palais des réunions publiques où se retrouvaient les hommes politiques en vue, les marchands, les journalistes et l'intelligentsia de la ville et où ce club très sélect organisait des soirées de spectacles, des bals, des représentations publiques sur une scène (s'y produisirent les plus grandes « stars » de l'époque comme Komissarzhevskaïa, Sobinov, Varlamov...). Il y avait là des salles de conférence et de lecture, une salle de concert de 1000 places (avec un orchestre attitré), une salle de billard, de jeux de cartes, un buffet/restaurant, une bibliothèque, des pièces réservées aux dames... Au début du XXe siècle, ce bâtiment était devenu le centre de la vie culturelle de Tomsk. A partir de 1917, ce fut le lieu des meetings révolutionnaires et des réunions politiques où, notamment, discourut le leader du séparatisme sibérien, N. Potanine. Nationalisé en 1920 (sa bibliothèque fut transférée à Novonikolaïevsk/Novossibirsk), il abrita le premier congrès régional des députés du peuple et un service de chirurgie de l'hôpital militaire n° 10. Le bâtiment hébergea à partir de 1922, à l'attention du club des travailleurs de l'armée, le grand théâtre municipal puis, après le déménagement de ce dernier, la Cuisine centrale qui regroupait une cantine ouvrière et un restaurant et où oeuvrait le soir un cinéma. Après 1931, il fut baptisé Maison de l'Armée Rouge. Pendant les années de guerre, il y avait là une école de cadets et de nombreux rassemblements massifs, notamment de la jeunesse communiste. Dans ses sous-sols furent entreposés de nombreux tableaux du musée de l'Ermitage évacués de Leningrad. A partir de 1945, ce fut la Maison des officiers de la garnison de Tomsk qui proposait, notamment, des cours d'instruction aux femmes de militaires. En 1959, on attribua à la Maison des officiers le nom du révolutionnaire N.N. Iakovlev. Lors de travaux effectués en 1968-1970, l'aménagement intérieur fut sévèrement abîmé, et en particulier la décoration unique de la salle de spectacle perdue. Menaçant ruine, il fut décidé dans les années 1980 d'effectuer de sérieuses réparations, longs travaux qui se sont déroulés entre 1987 et 2000 (notamment avec l'appui financier du ministère de l'Energie atomique), en contrepartie de quoi le bâtiment a rouvert en 2001 et hébergé un centre d'information technique et scientifique pour l'énergie nucléaire sous l'égide du Minatom. On y trouve également de nos jours une compagnie d'assurances pour les militaires de carrière, un mémorial de l'Armée, un club d'échecs, le café « Kombat », etc. / (Здание Общественного собрания (Дом офицеров), пр. Ленина, 50)

Image
La Maison des officiers du nom de Iakovlev, années 1970, collection E.K. Maïdaniouk / (Здание Общественного собрания (Дом офицеров), пр. Ленина, 50)

Image
La Maison des officiers en 2003, vue du toit du musée régional (avec le clocher de l'ancienne église du palais épiscopal au premier plan - voir ci-après) - photo (c) Pavel Andrioushchenko / (Здание Общественного собрания (Дом офицеров), пр. Ленина, 50)

Image
Un peu avant d'arriver au carrefour avec la rue Frounzé, on passe devant le musée régional de Tomsk / (Томский областной краеведческий музей, пр. Ленина, 75 - бывшая усадьба И.Д. Асташева (Архиерейский дом))

Image Le bâtiment fut construit entre 1838 et 1842 selon des plans standards de l'époque par l'architecte A.P. Déïev pour le propriétaire de mines d'or I.D. Astachev (en insert). Au rez-de-chaussée se trouvaient la bibliothèque, les pièces de réception, la cuisine alors que les chambres à coucher, la salle à manger, la salle de bal, le salon, le cabinet de travail occupaient l'étage. Ayant acquis le terrain mitoyen en 1847, Astachev y fit bâtir en 1859 une aile à un étage qu'il utilisa pour y loger l'administration de ses mines. En 1865, l'architecte A.K. Makedonski ajoutera une autre aile à un étage côté rue qui devait être employée comme entrepôts. Dans les années 1870, la propriété d'Astachev comprenait, outre le logement principal, des écuries, des remises pour voitures, des greniers, caves et autres bains. Un jardin luxueux fut aménagé dans sa partie orientale, près d'une orangerie, le tout clôturé par une enceinte en pierre en forme d'arcades (de nos jours refaites en briques). Cette demeure accueillit le célèbre penseur et théoricien anarchiste M.A. Bakounine alors exilé à Tomsk suite à l'insurrection de décembre 1825 sur la place du Sénat à Saint-Pétersbourg, ainsi que le grand prince Vladimir Aleksandrovitch en 1868.

Image
Une vue du début du XXe siècle de la résidence de l'archevêque de Tomsk et de l'administration diocésaine, l'ancienne demeure Astachev (de nos jours le musée régional de Tomsk) / (Томский областной краеведческий музей, пр. Ленина, 75 - бывшая усадьба И.Д. Асташева (Архиерейский дом))

Après le décès d'Ivan Dmitriévitch, son fils, Benjamin, qui vivait la plupart du temps dans la capitale, décida de vendre la maison aux autorités religieuses de Tomsk qui en fit le siège de l'épiscopat. Ainsi, entre 1881 et 1919, l'ancien hôtel particulier de la famille Astachev devint la résidence des évêques de Tomsk et le centre du vaste diocèse. L'aile autrefois utilisée comme administration des mines fut transformée pour héberger le Consistoire. L'un des corps de bâtiment en pierre à un étage situé au fond de la propriété fut reconstruit en 1879-1881 par l'architecte V.V. Khabarov qui le transforma en une église (occupant le rez-de-chaussée), consacrée à l'origine à l'Intercession-de-la-Mère-de-Dieu. Cette église fut agrandie en 1884-1886, l'autel principal étant consacré à l'Exaltation-de-la-Sainte-Croix avec sa chapelle de l'Intercession. Un clocher fut ajouté au-dessus de l'entrée par M.K. Priorov en 1885-1886. Suite à des défauts dans ses fondations, l'église fut reconstruite par E. Ernestovitch en 1891. Au rez-de-chaussée de l'ancienne maison Astachev, fut installée la bibliothèque diocésaine. Sous l'église se trouvaient divers locaux, la sacristie, des pièces habitées, etc. L'imprimerie de la Fraternité-de-Saint-Dmimitri-Rostovski et l'atelier de reliure prirent place au sous-sol (1899). Un séminaire occupa temporairement l'aile autrefois destinée aux entrepôts. Après la Révolution, en 1920, et la fermeture de la maison épiscopale, le bâtiment fut cédé à la section des arts du service de l'instruction publique, puis fut occupé par divers foyers et bureaux de l'administration de l'enseignement. Déjà un groupe d'experts préconisaient de classer le bâtiment du point de vue architectural et d'en faire un « musée des antiquités et de la révolution », proposition validée par le commissaire Lounatcharski et l'administratrice des musées Trotskaïa. La première exposition s'est ouverte en 1922 à l'étage supérieur. Le musée s'organisa autour de différents sections : la peinture, le vieux Tomsk, les travaux artistiques issus de la révolution, la salle de gala de style Empire, les antiquités asiatiques, les années 1830, plus une section archéologie et une bibliothèque. Ce musée reçut alors le statut de « régional ». La maison épiscopale était définitivement fermée l'année suivante, le clocher de l'église démoli à la fin des années 1920, et ce qui restait de l'édifice religieux et de l'ancienne administration des mines remis au musée dès 1925. Par la suite, selon diverses décisions du comité exécutif du Soviet de Tomsk, plusieurs autres corps de bâtiments de l'ancienne maison Astachev furent utilisés par les archives départementales, par des dispensaires et autres organismes de santé publique. Fermé entre 1941 et 1944, le musée fut évacué et c'est l'école technique militaire de Toula, l'Ecole Normale de Tomsk et l'hôpital qui prirent possession des lieux. Après la Guerre, un planétarium occupa le local de l'ancienne église (Tomsk fut la deuxième ville d'URSS - après Moscou - à être équipée d'un planétarium), planétarium qui fut transféré en 1980 dans l'église catholique de la rue Bakounine (cf. partie 1). Les salles du musée furent rénovées en 1949-1952, les collections de peintures enrichies, et deux nouvelles salles, consacrées à la faune et à la flore sibériennes, furent ouvertes. A partir de 1981, l'ancienne église fut restaurée en vue d'y installer une salle de concert de la philharmonie de Tomsk et un orgue venu de RDA. La section « galerie d'art et peintures » fut séparée du reste du musée (s'installera rue Nakhanovitch - voir plus haut) en 1982. Des travaux de rénovation de grande ampleur du musée se déroulèrent pendant une dizaine d'années, entre 1988 et 1997, avant sa réouverture. En 1999, plusieurs autres entités culturelles furent rattachées au musée régional. Le fonds du musée réunit de nos jours plus de 120000 pièces de collection dont une partie est exposée dans 12 salles ouvertes au public. On y trouve également divers services liés aux sciences naturelles, à l'ethnographie, à l'archéologie, à l'histoire, à la littérature, à la formation, à l'informatisation, à l'administration du musée... Dans le corps de bâtiment des anciennes écuries s'est installé un centre de prévention contre le SIDA ainsi que des laboratoires et des services d'hygiène municipaux. http://museum.trecom.tomsk.ru / (Томский областной краеведческий музей, пр. Ленина, 75 - бывшая усадьба И.Д. Асташева (Архиерейский дом))

Image Image
Le musée régional de Tomsk, au n° 75 de la perspective Lénine (à gauche, le clocher de l'ancienne église du palais épiscopal démoli dans les années 1920 et récemment reconstruit ; à droite une affiche de la galerie de peinture située rue Nakhanovitch) / (Томский областной краеведческий музей, пр. Ленина, 75 - бывшая усадьба И.Д. Асташева (Архиерейский дом))

Image
L'aile sud du musée, donnant sur la rue Frounzé, face à la mairie (photo (c) Pavel Andrioushchenko) / (Томский областной краеведческий музей, пр. Ленина, 75 - бывшая усадьба И.Д. Асташева (Архиерейский дом))

Image
Le Palais épiscopal au début du XXe siècle / (Томский областной краеведческий музей, пр. Ленина, 75 - бывшая усадьба И.Д. Асташева (Архиерейский дом))

Image
Les toits du musée régional de Tomsk vus de la rue Frounzé/rue Gagarine

Bill

Messagepar Bill » jeu. mars 19, 2009 1:53 am

Image
A l'intersection avec la rue Frounzé, juste après le musée régional, faisant l'angle du carrefour, se dresse la « Maison Rouge » (par la couleur de la brique, par opposition à la « Maison Blanche » de l'administration régionale sur la place Lénine), la mairie de Tomsk (photo (c) 2005 Pavel Andrioushchenko / (Администрация города Томска - «Красный дом», пр. Ленина, 73)

Image
La Trésorerie générale, anciennement maison Koukhterine, photographiée à la fin du XIXe ou début du XXe siècle / (Казённая палата, казначейство, дом Е.Н. Кухтерина, конец XIX - начало ХХ века)

Ce grand bâtiment a été bâti en 1899 par l'architecte K.K. Lyguine (la combinaison de la brique rouge et de la pierre de grès jaune est une de ses marques de fabrique) pour la société « Koukhterine et fils ». C'est un mélange des styles néo-Renaissance et néo-Baroque avec ses dômes, ses frontons et ses balustrades. Encore une manifestation du style très éclectique de l'architecte en chef de la ville ! Avant la Révolution, cet immeuble de rapport était loué au ministère des finances qui y avait installé la Trésorerie et son administration. En 1928, il abrita le premier institut de perfectionnement des médecins de Sibérie. Il héberge de nos jours la mairie de Tomsk et ses services administratifs - http://www1.admin.tomsk.ru/.

Image
Détail de la façade de la mairie avec le dôme à l'angle du toit du bâtiment

Image
Le bâtiment de la mairie vu depuis le square du souvenir de la répression du stalinisme / (Здание мэрии со стороны Сквера памяти жертв репрессий, пр. Ленина, 73)

Image Image
Sur le square en face de la mairie, de l'autre côté de la perspective Lénine, on a élevé plusieurs monuments en mémoire de la période douloureuse de la répression du stalinisme. Pendant de longues années, plus de 150000 personnes furent déportées dans la région de Tomsk (chiffre approximatif) et près de 10000 ont connu, dans les années 1930, les sinistres geôles de l'OGPOu/NKVD de la prison située au centre ville, précisément à cet endroit avant d'être condamnées, souvent sans motifs valables, puis fusillées (ici furent notamment exécutés, en 1937, le poète Nikolaï Kliouïev et le philosophe Gustav Shpet) ou envoyées dans un goulag. C'est en leur mémoire qu'on a érigé ici, en 1992, à côté de l'ancienne prison, cette « stèle du regret » et qu'on a aménagé et ouvert en 1994, dans les sous-sols du bâtiment de l'ex-prison, un musée d'histoire, filiale du musée régional / («Камень Скорби по жертвам политических репрессий», Сквер Памяти жертвам сталинских репрессий, пр. Ленина, 44)

Image Image
Stèles en mémoire des victimes de la répression du stalinisme dans le square situé face à la mairie : ici celle (à gauche, inaugurée en 1994) rappelant la déportation massive en Sibérie et la souffrance des Kalmouks, peuple en majorité bouddhiste, et celle (à droite, dévoilée en 2004) des nombreux Polonais tués dans la région de Tomsk pendant les années de la Terreur - une autre stèle en mémoire des victimes estoniennes a été inauguré en 2008 / (Сквер Памяти жертвам сталинских репрессий, пр. Ленина, 44 - Памятник депортированным калмыкам на Томской земле / Памятник полякам — жертвам политических репрессий)

Image Image
Le petit musée de l'histoire de la répression du stalinisme créé par l'association Mémorial, ouvert en 1994 (Alexandre Soljenitsyne fut l'un des premiers visiteurs), situé au sous-sol de l'ancienne prison du NKVD, sise au n° 44 de la perspective Lénine, face à la mairie. On notera d'ailleurs avec tristesse que ce petit musée pourrait prochainement fermer (si ce n'est déjà fait - son site web est devenu inaccessible) en raison de pressions inamicales exercées par l'actuel propriétaire des lieux (un homme d'affaire qui a d'autres intérêts que d'héberger gracieusement ce lieu de mémoire) et de la passivité de la municipalité et du gouverneur en particulier dans cette affaire (ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, même s'il y a de fortes présomptions pour que...). De toute façon, un premier procès a donné tort à l'association ! (photos (c) 2008 Viktor Svinine/Na Regnum) http://gulagmuseum.org/museums/museum_32/kartochka.htm / (Томский мемориальный музей истории политических репрессий «Следственная тюрьма НКВД», пр. Ленина, 44)

Image Image
Image Image
Image Image
Musée d'histoire de la répression politique de la prison d'instruction du NKVD de Tomsk (photos (c) 2008 Dmitri Volkov) / (Томский мемориальный музей истории политических репрессий «Следственная тюрьма НКВД», пр. Ленина, 44)

Image
De l'autre côté du square, au n° 42 de la perspective Lénine, au débouché sur la place Novosobornaïa et avant d'arriver devant le grand bâtiment de l'université de radio-électronique, se présente ce bel immeuble en brique rouge de la fin du XIXe/début du XXe siècle (dont l'architecte fut, vous l'aurez deviné, toujours K.K. Lyguine)... qui fut lui aussi utilisé comme prison par le NKVD dans les années 1930. De nos jours une école de musique et d'art pour les enfants / (Детская художественная школа № 1 и музыкальная школа № 2 - В 1930-е годы здание было тюрьмой НКВД, пр. Ленина, 42)

Image
A l'angle de la vaste place Novosobornaïa et de la perspective Lénine, derrière la mairie, se trouve le « Gastronom du haut (Verkhni) » ou « Epicerie n° 1 » (nous avons déjà vu celui du bas (Nijni), le « n° 2 », en montant l'avenue). C'est un long bâtiment très élégant à un étage construit par... K.K Lyguine et achevé en 1895 dans lequel le marchand de première guilde I.G. Gadalov ouvrit un grand magasin de vente au détail de toutes sortes de marchandises. Dans la cour intérieure, le propriétaire avait fait installer un château d'eau privé avec une pompe fonctionnant à la vapeur située sur un puits qui alimentait en eau non seulement son logement (il vivait à l'étage avec sa famille), mais également une citerne pour les pompiers. Gadalov a quitté Tomsk en 1919 laissant courir derrière lui une rumeur de trésor caché dans sa demeure... trésor que beaucoup ont cherché... en vain ! / («Верхний гастроном», бывший магазин купца И.Г. Гадалова, Новособорная площадь, 2)

Image
Le « Gastronom n° 1 » en 1972 (photo (c) Andreï Miller) / («Верхний гастроном», бывший магазин купца И.Г. Гадалова, Новособорная площадь, 2)


A suivre : Tomsk partie 5


Revenir vers « Ville à ville »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité