Tomsk (10)

Venez découvrir la Russie, toute la Russie!
Bill

Tomsk (10)

Messagepar Bill » sam. avr. 04, 2009 6:30 pm

Ville de Tomsk (mes photos datent d'octobre 2006 et juillet 2008 ) - je complèterai éventuellement ultérieurement les commentaires.

Image
Du « Lac Blanc », nous reprenons notre route vers la place du Salin (Solianaïa, ainsi appelée car, jusqu'au début du XXe siècle, s'y trouvaient des entrepôts de sel) autour de laquelle s'élèvent plusieurs bâtiments intéressants. Le premier, au n° 4, est l'ancienne « Maison des Sciences Makouchine » qui abrite de nos jours le théâtre de marionnettes « Bouffon » - (photo (c) 2006 E. Tchernychov) / (Здание «Дома науки» им. П.И. Макушина на пл. Соляной, ныне Областное государственное учреждение культуры Томский областной театр куклы и актера «Скоморох» им. Романа Виндермана)

Image Piotr Ivanovitch Makouchine (1844-1926), entrepreneur, homme publique et mécène, vécut à Tomsk de 1868 à sa mort. Il y ouvrit en 1871 la première bibliothèque privée de la ville, en 1873 la première librairie de Sibérie, en 1876 la première imprimerie privée. Dans les années 1881-1888, il édita le journal « La Gazette de Sibérie » puis, en 1898-1919, le populaire « La Vie sibérienne ». En 1901, il créé une fondation pour l'installation de bibliothèques et de salles de lecture gratuites dans la province de Tomsk (une centaine furent ainsi ouvertes dans des villages éloignés). Il fonde également l'Université du Peuple en faisant un don de 100000 roubles. Fait citoyen honoraire de Tomsk en 1910 et de toute la Sibérie en 1919. Makouchine fut enterré, conformément à ses dernières volontés, à l'angle du square, non loin du bâtiment, avec cette épitaphe : « Pas un seul illettré à proximité ! » et, à côté, une ampoule qui brille le long d'un rail symbolisant la voie vers la connaissance et le savoir. Il a aussi son buste en bronze dans le hall de la « Maison des Sciences » réalisé par la sculptrice américano-russe O.P. Popova-Woodword en 1912. - http://www.siberianclub.ru/Rare_Books/Hero/10/1

Image
La « Maison des Sciences Makouchine » dans les années 1910 (coll. E.K. Maïdaniouk) /(Здание «Дома науки» им. П.И. Макушина в 10-е гг. XX века)

Bâtiment érigé en 1911-1912 sur un projet de l'architecte A.D. Kriatchkov et dont la construction fut en grande partie financée par le mécène P.I. Makouchine qui aurait voulu voir s'installer dans cette bâtisse une université populaire. En fait, dès le début, l'édifice accueillit diverses sociétés philanthropiques et des classes de cours du soir pour adultes et femmes ainsi que des salles d'exposition. Pendant la Première Guerre mondiale, une partie du bâtiment fut transformée en hôpital militaire et accueillait un foyer pour les enfants des soldats mobilisés sur le front. Puis vint la révolution bolchévique avec ses réunions ouvrières et syndicales. En 1917, la « Maison des Sciences » devint une caserne de la Garde Rouge. Après la prise de Tomsk par l'amiral Koltchak, ce fut le tour d'une académie militaire (1918-1919) puis, la ville étant à nouveau sous le contrôle des soviets en décembre 1919, la « Maison des Sciences » hébergea le Collège polytechnique de Sibérie du nom de Timiriazev et, entre 1920 et 1930, s'y installèrent ses branches d'étude sur l'économie industrielle et agricole. Après la constitution, en 1931, de l'école du combinat de minoterie (moulins à élévateurs), viendront s'y ajouter des lycées techniques forestiers et vétérinaires. Après le début des hostilités en 1941, plusieurs établissements industriels, des institutions et des organismes régionaux d'URSS occidentale furent évacués en Sibérie. Ainsi, Tomsk accueillit ici l'Académie militaire de Leningrad qui cèdera ensuite sa place à un hôpital jusqu'au début de 1942. En même temps, d'autres locaux de la « Maison des Sciences » furent occupés par les ateliers d'émaillerie de la société d'Etat de câblage et de tréfilerie « Sibkabel » créée par fusion de l'entreprise « Moskabel » évacuée et de l'usine locale « Tomkabel ». Après le déménagement des ateliers en 1959, dans la « Maison des Sciences » ouvrira en 1960 un Palais de la culture pour les ouvriers de « Sibkabel ». Ainsi, dans les années 1970, on trouvait ici des locaux d'études de la faculté de droit, une université de la culture, un cinéclub, des associations de jeunesse et divers cercles et collectifs artistiques amateurs, une discothèque (dans les années 1980)... La « Maison des Sciences » / Palais de la culture « Sibkabel » fut l'objet d'importants travaux de rénovation en 1986-1987. En 1998, L'entreprise « Sibkabel » privatisée céda le bâtiment au gouvernement régional, locaux rénovés dans lesquels vinrent s'installer à partir de 1999 le théâtre de marionnettes « Bouffon » fondé en 1946 (http://www.skomoroh.tomsk.ru/), un fonds régional public culturel, un musée consacré au bienfaiteur P.I. Makouchine et une bibliothèque.

Image
La « Maison des Sciences Makouchine » dans les années 1910 (coll. E.K. Maïdaniouk) /(Здание «Дома науки» им. П.И. Макушина в 10-е гг. XX века)

La « Maison des Sciences Makouchine » est un bâtiment construit en brique avec sous-sol, comprenant trois corps de volume. Le corps central à 2 étages est achevé par une tour de forme pyramidale à 4 faces coiffée d'un dôme alors que les corps latéraux ont une toiture arrondie. Un large escalier d'honneur, donnant au milieu de la façade principale, permettait d'accéder aux étages. Ces étages étaient organisés de façon semblable avec un foyer central et un grand amphithéâtre à deux rangées de fenêtres (au premier étage) et plafond à caissons, puis des amphis plus petits dans les ailes latérales reliés par un long couloir. Le décor du bâtiment s'inspire du style Art Nouveau scandinave. Sous-bassement peu élevé traité en bossage. Les murs sont articulés autour de larges saillies verticales en forme de poteaux qui débordent au-dessus du toit sur les ailes latérales. les larges fenêtres - rectangulaires au premier étage, à linteaux arrondis au second - sont encadrées de chambranles simples, voire même en sont dépourvues, seule la partie supérieure étant ornée. Entre les étages, le mur est traité en panneaux. Sur le fronton de la tour centrale apparaît une représentation du soleil levant (symbolique de l'instruction du peuple) et l'inscription « Maison des Sciences du nom de P.I. Makouchine ». La finition intérieure du bâtiment a été en grande partie perdue, à l'exception de moulures profilées aux plafonds.

Image
A côté, au n° 2 de la place du Salin, se trouve un autre bâtiment remarquable. Il s'agit du 3e corpus de l'ancien Institut de Génie civil devenu l'Université d'Etat d'architecture et de construction de Tomsk (TGASU - http://www.tsuab.ru/). Ce bâtiment avec sa façade en angle au niveau du carrefour avec la ruelle Makouchine, a été construit en 1937 en grande partie avec des matériaux récupérés de la démolition de la cathédrale de la Sainte-Trinité de la place Novosobornaïa. Il est de style constructivisme tardif. Il hébergea antérieurement à l'université des bureaux du ministère des Affaires intérieures, un institut technique d'un combinat de minoterie (cf. le bas-relief sur le fronton rectangulaire avec les gerbes de blé), une unité chirurgicale pour les blessés évacués du front en 1941-1942, des salles d'étude de l'Institut Polytechnique et des halls de stockage de l'usine « Moskabel » - (photo (c) 2006 P. Andrioushchenko) / (3-й учебный корпус ТГАСУ на Соляной площади, 2)

Image
Un peu après, en s'engageant ruelle Makouchine, on tombe sur un grand édifice en brique rouge qui n'est autre que le deuxième corps d'études de l'Université d'architecture TGASU. Construit en 1902-1904 sur un projet de l'architecte P.F. Forodovski et achevé par K.K Lyguine pour héberger la première école de commerce de Tomsk. Bâtiment utilisé après la Révolution bolchévique par le lycée polytechnique puis par l'institut de minoterie mécanisée jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale. L'entreprise industrielle de câblage et tréfilerie « Tomkabel » occupa ensuite les locaux (jusqu'en 1948 pour les ateliers de production, puis jusqu'au début des années 1950 pour les bureaux déménagés de la « Maison des Sciences »). En 1953 s'y installera l'Institut de formation des ingénieurs pour la construction des moulins mécanisés en minoterie, après aménagement des locaux en salles d'étude et de formation. Ses sous-sols seront occupés jusqu'en 1960 par des laboratoires d'un centre de recherche de l'industrie du câble et des isolateurs électriques. C'est de nos jours le deuxième bâtiment d'étude de l'Université de Génie civil et d'architecture TGASU - (photo (c) 2005 P. Andrioushchenko) / (2-й учебный корпус - «Красный корпус» - ТГАСУ в пер. Макушина, 7)

Image
L'école de commerce de Tomsk au début du XXe siècle / (Коммерческое училище, начало XX века, ныне 2-й учебный корпус - «Красный корпус» - ТГАСУ в пер. Макушина, 7)

Image
Une autre réalisation de l'architecte K.K. Lyguine, le bâtiment du Tribunal de justice de l'oblast de Tomsk (depuis 1996) fait l'angle entre la ruelle Makouchine et la descente Kouznetchny, en face de celui de l'Université d'architecture, et sa façade principale donne sur la place du Salin. Il a été construit entre 1902 et 1904 sur un terrain appartenant à la société commerciale « Maison E. Koukhterine et fils » et donné en location à la ville entre 1904 et 1916 qui y installera le Tribunal de district de la Chambre de Justice d'Omsk, puis vendu (à noter qui'ici seront deux fois jugés, avant la Révolution, Valérian Kouïbychev et Sergueï Kirov pour participation à des mouvements illégaux). A partir de 1920, le bâtiment abritera une commission extraordinaire du nouveau gouvernement pour la lutte contre les éléments contre-révolutionnaires, le trafic et les crimes. Le responsable de la Tchéka locale, un certain A.V. Chichkov (rien à voir avec l'écrivain), qui fut tué par les Blancs (ou qui s'est suicidé selon les versions) en 1920 en revenant de Novonikolaïevsk (Novossibirsk) a sa plaque commémorative sur la façade, à gauche de l'entrée principale, depuis 1983. Entre 1926 et 1929, s'y installa la Cour de cassation de la Cour de Justice de Sibérie, puis, à partir de 1929, un collège technique. Comme beaucoup d'autres bâtiments réquisitionnés, il fit office d'hôpital pendant la guerre, puis, à l'instar d'immeubles voisins, il abrita des bureaux et des salles de formation pour les cadres et employés des usines « Moskabel », « Tomkabel » et « Sibkabel ». Finalement, à partir de 1995, la ville récupèrera le bâtiment et y installera progressivement le Tribunal régional. Le bâtiment a été rénové et remis dans son aspect d'origine entre 1996 et 2002- http://oblsud.tomsk.ru/?l=50&p=1 / (Здание томского областного суда, пер. Макушина, 8 )

Image
Le bâtiment du Tribunal de district au début du XXe siècle / (Здание Окружного суда, начало XX века)

Image
Le bâtiment du Tribunal de district au début du XXe siècle / (Здание Окружного суда, начало XX века)

Image
Le bâtiment du Tribunal de justice régional de nos jours - (photo (c) 2008 M. Votiakov) / (Томский областной суд на Соляной площади, пер. Макушина, 8 )

L'édifice a une forme générale en « L » avec deux niveaux et sous-sol. Façades sur rue ornées et ressauts à balcons dans les angles coiffés de frontons et de cartouches en demi-lunes. La partie centrale de la façade principale donnant place du Salin, symétrique, est mise en valeur par un grand fronton semi-circulaire coiffé d'une statue de Némésis, déesse exécutrice de la justice. Le portail d'entrée est richement décoré, surmonté d'un fronton triangulaire. Fenêtres cintrées sur les deux niveaux. Le style est plutôt éclectique avec utilisation de différents ordres : dorique, baroque et Renaissance. Façades en briquetage apparent, ornementation en brique façonnée et pierre de grès jaune. L'aspect extérieur du bâtiment n'a pas changé et certains éléments intérieurs se sont conservés : portes, corniches de plafonds, rambardes d'escalier. Nous avons ici l'une des plus belles réalisations de l'architecte (maintenant bien connu) Konstantin Konstantinovitch Lyguine. Ce bâtiment fut occupé à l'époque soviétique par un lycée technique spécialisé en électromécanique.

Image Image
Détail de la façade du Tribunal de justice régional - à droite, la statue de la déesse Némésis / (Томский областной суд на Соляной площади / Статуя Немезиды на здании суда, пер. Макушина, 8 )

Bill

Messagepar Bill » dim. avr. 05, 2009 7:05 pm

Image
Nous remontons la partie est de la rue Pouchkine (ainsi nommée depuis 1949 en l'honneur du 150e anniversaire de la naissance du poète et écrivain, auparavant grande rue d'Irkoutsk) en partant du « Lac Blanc », traversons la place du Salin et prenons la direction de l'église de la Résurrection, sur la colline historique. Avant d'arriver à l'église, on peut voir plusieurs maisons en bois dont celle-ci, au n° 6 de la rue.

Image
La grande rue d'Irkoutsk à la fin du XIX ou début du XXe siècle. Dans le fond, au bout de la rue, on aperçoit l'église de la Résurrection / (Улица Большая Иркутская, ныне улица Пушкина, к Воскресенской горе, конец XIX - начало XX веков)

Plutôt que de prendre la descente d'Octobre et de se retrouver bientôt au pied de la colline, nous prenons la rue Bakounine qui est quasi parallèle mais reste sur la crête du promontoire pour aboutir à la place de l'ancienne forteresse (700 m de long). La rue Bakounine part de la rue Obroub, au pied de la colline, monte et contourne l'église catholique Notre-Dame du Rosaire (et le musée d'histoire situé au sommet de la colline) et se termine au carrefour avec la rue d'Octobre, au niveau de l'église de la Résurrection. Cette rue porte le nom du théoricien anarchiste [url=http://fr.wikipedia.org/wiki/Mikha%C3%AFl_Aleksandrovitch_Bakounine[/url]Mikhaïl Bakounine[/url] depuis 1927 (auparavant rue Efrémovskaïa). De part et d'autre, quasiment que des maisons en bois - essentiellement des maisons d'habitation à un étage maximum - avec, entre deux bâtiments, une vue dégagée sur le quartier de Boloto et la colline de la Résurrection. En grande partie pavée et en mauvais état (la parcourir en voiture est une expédition !), la rue a récemment fait l'objet d'importants travaux de voirie, notamment dans la montée sud, travaux qui doivent se poursuivre encore plusieurs années. Il est à craindre la démolition de plusieurs maisons en bois dans cette partie historique de la ville (comme la maison en bois au n° 6a, près de l'église catholique, bâtie en 1898 et détruite sans autorisation début 2009 par le propriétaire du n° 8... mais, bien sûr, personne n'est officiellement responsable ni coupable !).

Image Image
Le bas de la rue Bakounine a été repavé en 2008, mais le reste... est particulièrement glissant et boueux par temps de pluie - sur la vue de droite, on peut voir une partie de l'église catholique (photos (c) 2008 A. Loksoutov) / (улица Бакунина)

Image Image
Montée de la rue Bakounine au-delà du secteur repavé en 2008 - sur la vue de droite, on peut voir une partie de l'église catholique (photos (c) 2008 az_mnogogreshny) / (улица Бакунина)

Image
Une vue actuelle de l'ancienne maison du commandant de la garnison de Tomsk située au n° 26 de la rue Bakounine - à l'arrière-plan, l'église de la Résurrection (cf. partie 1) - (photo (c) 2008 az_mnogogreshny) / (Дом коменданта города Томска Т.Т. де Вильнёва (дом Радищева), улица Бакунина, 26)

A l'intersection avec la rue d'Octobre, face à l'église de la Résurrection, le premier bâtiment rencontré rue Bakounine (n° 26) est la maison de l'ancien commandant de la garnison de Tomsk, Tomas T. de Vilniov (1715-1794) - c'est-à-dire Thomas de Villeneuve, un français d'origine -, plus connue sous le nom de « Maison Radishchev ». C'est un bâtiment à un étage avec mezzanine construit à la fin du XVIIIe siècle dont le projet architectural fut élaboré à Saint-Pétersbourg. Soubassement en pierre, rez-de-chaussée en brique plâtrée et étage en bois (à l'origine). Décor simple sur toutes les façades avec pilastres massifs au niveau du rez-de-chaussée et fenêtres cintrées de faible hauteur couronnées par un éventail en pierre. Une large corniche profilée surplombe l'étage dont les seuls éléments décoratifs sont les chambranles rectangulaires ornés de losanges superposés. Petites ouvertures cintrées dans le fronton triangulaire au-dessus de la mezzanine et au niveau de la cage d'escalier.

Image Image
Deux vues avant les rénovations/reconstruction de l'ancienne maison du commandant de la garnison de Tomsk située au n° 26 de la rue Bakounine / (Дом коменданта города Томска Т.Т. де Вильнёва (дом Радищева), улица Бакунина, 26)

Dans cette maison fut accueilli l'écrivain Alexandre N. Radishchev (1749-1802) exilé en Sibérie après qu'il ait eu maille à partir avec l'impératrice Catherine II suite à la publication d'un ouvrage « révolutionnaire » où il dénonçait, notamment, les abus du servage et du système judiciaire russe. Radishchev fut à ce titre jeté en prison dans la forteresse Pierre-et-Paul de Saint-Péterbourg en 1790 puis condamné à mort, la peine capitale étant commuée en dix ans d'isolement dans un bagne de la province sibérienne d'Irkoutsk. Et c'est ainsi que l'écrivain, ses deux fils et sa belle-soeur (qui deviendra sa femme) débarquèrent début août 1791 à Tomsk, sur le chemin de l'exil, où ils s'arrêteront quelque temps pour réparer leur voiture à cheval et soigner Madame tombée malade. Ils furent invités à séjourner dans la maison du commandant de Vilniov (de Villeneuve) plutôt ouvert aux idées libérales et ceux qui les propageaient. C'est d'ailleurs sous son administration, entre 1774 et 1794, que la ville se développa rapidement (construction d'un nouveau pont en bois sur l'Ouchaïka, construction de la cathédrale en pierre de l'Epiphanie, de celle de l'Icône-de-la-Vierge-de-Kazan du monastère Alekséïevski, ouverture de la première école, début de la construction de l'église de la Résurrection, etc.). L'écrivain passa donc plus de deux semaines à Tomsk d'où il eut le temps d'envoyer plusieurs lettres à son protecteur à Saint-Pétersbourg, le comte A.R. Vorontsov, missives dans lesquelles il relatait ses impressions de voyage dans cette province dépendant du gouvernement de Tobolsk. Radishchev écrivit également plusieurs documents dignes d'intérêt tels que « Notes du voyage en Sibérie » et « Journal d'un voyage en Sibérie » dans lesquels l'auteur décrivait et exposait ses observations sur l'agriculture, le commerce, les métiers, la vie quotidienne des paysans. D'après son fils, on sait que l'écrivain réjouit les habitants de la ville en faisant décoller une montgolfière à air chaud (il faut rappeler qu'en ce temps, c'était interdit en Russie car reproduire l'invention de deux révolutionnaires français, c'était courir le risque d'être envoyé en Sibérie ! Mais comme il y était déjà...). Après la mort de Catherine II en 1796, son fils Paul Ier amnistia tous les prisonniers politiques et les déportés qui purent ainsi regagner leurs terres natales. Radishchev repartit alors pour Nemtsovo, dans la province de Kalouga, où il vécut libre mais sous surveillance policière (qui sera levée par Alexandre Ier). Lors de son voyage de retour, il repassera par Tomsk, mais ne restera ici que deux jours. En mémoire de son séjour à Tomsk, une plaque a été apposée sur la façade de la maison («Александр Николаевич Радищев останавливался в этом доме на пути в сибирскую ссылку в августе 1791 года и возвращаясь из ссылки в марте 1797 года»). Après l'avènement au trône de l'empereur Alexandre Ier, A.N. Radishchev sera appelé à participer à la commission de rédaction des nouveaux textes de projets de loi (toujours sous la protection du comte Vorontsov). Lors du projet de réforme constitutionnelle concernant la propriété foncière, Radishchev tenta d'imposer sa vision de suppression du servage et de possibilité pour les paysans d'accéder à la propriété privée. Mais, sous la menace d'une nouvelle expulsion en Sibérie, l'écrivain préféra mettre fin à ses jours (par le poison), une nuit de septembre 1802.

En dehors de Radishchev, on notera que d'autres personnalités firent une halte dans cette maison. On peut par exemple citer le diplomate et écrivain baron Jean-Baptiste Barthélémy de Lesseps (l'oncle de Ferdinand, constructeur des canaux de Suez et de Panama) lors d'un voyage le conduisant de Pétropavlosk, au Kamtchatka, à Saint-Pétersbourg (membre de l'expédition de Jean-François de Galaup, comte de La Pérouse - chère à Louis XVI - il rapporta à Versailles journaux, cartes et notes de l'expédition maritime autour du monde après un périple de 16000 km à travers la Russie, alors que le navigateur était reparti avec ses deux navires vers l'Australie et connaîtra un funeste destin près de l'atoll de Vanikoro).

Ayant subi plusieurs transformations, la maison présente un aspect modifié par rapport à l'origine. L'étage supérieur a été une première fois refait en 1958. Le bâtiment a souffert d'un incendie suivi d'un dégât des eaux en 1990, ce qui a accéléré le pourrissement des structures en bois. Rénovations en 1992. En 1996, sa gestion a été attribuée au diocèse orthodoxe de Tomsk. Les étages supérieurs ont été entièrement reconstruits en dur en 2004-2006 avec ajout d'une extension au sud. Actuellement occupé par des bureaux.

Image
L'arrière de la maison du commandant de la garnison de Tomsk vue de la descente Kouznetchny (de la forge) - (photo (c) 2008 P. Andrioushchenko) / (Дом коменданта города Томска Т.Т. де Вильнёва (дом Радищева), улица Бакунина, 26 - вид с Кузнечного взвоза)

Image
La maison au n° 24 de la rue Bakounine / (Жилой дом по ул. Бакунина, 24)

Image
La maison au n° 20 de la rue Bakounine / (Жилой дом по ул. Бакунина, 20)

Image Image
Différentes vues de la rue Bakounine - (photos (c) 2008 az_mnogogreshny) / (улица Бакунина)
Image Image

Image
Maison d'habitation rue Bakounine - (photo (c) 2008 P. Andrioushchenko) / (Жилой дом по ул. Бакунина)

Image
Maison d'habitation rue Bakounine, n° 17a - (photo (c) 2008 P. Andrioushchenko) / (Жилой дом по ул. Бакунина, 17a)

Image
Nous sommes à présent redescendus de la colline de la Résurrection, avons traversé la perspective Lénine et nous retrouvons rue Karl Marx, autrefois la rue du Séminaire, l'une des voies les plus ancienne de Tomsk. C'est une avenue parallèle à la perspective Lénine, qui part de la place Lénine et se dirige vers le nord en ligne droite sur 1,8 km. Nous nous arrêtons en face du n° 31. C'est une ancienne maison d'habitation à deux étages construite en 1913-1914 selon un projet de l'architecte P.F. Fédorovksi. Ce grand bâtiment en bois reposant sur un soubassement en brique (l'entresol), de plan rectangulaire (22,4 x 19,4 m), présente une cage d'escalier à l'angle de la façade nord et un ressaut au sud (non visible ici). Les façades des niveaux supérieurs sont hachées par des rondins de bois disposés horizontalement. Au niveau des combles, on note un grand fronton de forme triangulaire placé au centre de la façade donnant sur la rue. Intérieurement, les étages sont organisés comme l'entresol : au centre un large couloir en forme de « L » qui s'achève au nord sur une cage d'escalier. De part et d'autre du couloir, des pièces rectangulaires. La façade sur rue présente deux portes d'entrée recouverte par un avant-toit à deux pentes. L'entrée de droite conduit au rez-de-chaussée alors que celle de gauche mène à l'escalier montant aux étages. Le décor est réalisé dans le style Art Nouveau. Les fenêtres de l'entresol sont couvertes par des linteaux brisés alors que les ouvertures rectangulaires des étages sont encadrées de chambranles simples avec une petite entaille et des éléments superposés. Ceux du premier étage se terminent de façon droite alors que ceux du second sont ornés de moulures plates de chaque côté présentant un motif végétal stylisé. La cage d'escalier est éclairée par une haute fenêtre rectangulaire avec un beau dessin géométrique des croisillons. La partie la plus élégante du bâtiment est la large frise sculptée et sa garniture de planches. Le bâtiment est de nos jours occupé par une école secondaire / (Бывший дом жилой, Средняя общеобразовательная школа №48, ул. Карла Маркса, 31)

Image
Non loin de là, en bifurquant par la rue Voïkov (autrefois du Signe), on se retrouve derrière le marché central et devant l'église de l'Icône-de-Notre-Dame-du-Signe (Abalatskaïa). Ce quartier portait autrefois le nom de « derrière le lac » (Zaozerié) car il y avait dans cette zone quelques lacs, étangs et cascades au-dessus de la berge de la rivière Tom (depuis comblés, territoire de nos jours occupé par le Marché central) / (Знаменская церковь (Церковь в честь иконы Знамения Пресвятой Богородицы) за Центральным рынком)

Image
L'église de l'Icône-de-Notre-Dame-du-Signe à la fin du XIXe siècle / (Знаменская церковь в конце XIX века)

L'église porte le nom d'un ancien temple en bois bâti en 1703 par un boyard venu d'Ouglitch. A la fin du XVIIIe siècle, l'église était déjà en mauvais état et brûla. Il fut alors décidé de la reconstruire en pierre. Les travaux débutèrent en 1789. En 1803 seulement fut consacrée l'autel dédié à Sainte-Catherine (église chaude), puis en 1810 l'autel principal dédié à l'Icône-de-Notre-Dame-du-Signe. En 1820, un incendie se déclara et emporta la toiture de la chapelle, restaurée un an plus tard. L'église possédait deux autres chapelles : l'une, au sud, consacrée aux apôtres Pierre et Paul et l'autre, au nord, à tous les saints (1851). En 1892, l'église ouvrit une école pour jeunes filles sous le patronage du marchand A.D. Rodioukov. Le presbytère en bois à un étage, construit par le marchand S.S. Valgoussov, se trouvait au n° 10 de l'actuelle rue Voïkov. Après la révolution d'octobre, l'église fut nationalisée en 1920 mais les offices purent continuer. En 1930, les dernières cloches du clocher étaient emportées et fondues. Cinq ans plus tard, l'église était définitivement fermée. Peu de temps après, le clocher, la coupole centrale et la chapelle à tous les saints furent démolis. En 1936, ce qui restait servit d'entrepôt pour une usine de spiritueux. A partir de 1940, le bâtiment fut confié aux bateliers. Dans les années 1960, se trouvaient là une forge et une chaufferie. Dans les années 1970, ce fut tour à tour un garage, une chaudière, une glacière... A dater de 1992, le bâtiment à moitié ruiné fut classé par la municipalité. Il fut cédé à l'Eglise orthodoxe et les travaux de restauration débutèrent à partir d'anciennes photographies. En 1996, fut consacrée la nouvelle chapelle dédiée à Saint-Nicolas. Puis ce fut le tour de la chapelle sud en 2000, dédiée à Saint-Séraphin-de-Sarov. Les iconostases furent peintes en 1998-1999. Enfin le clocher, qui possède désormais un ensemble très complet de cloches, pour les plaisir des oreilles des habitants du quartier.

Image
L'église de l'Icône-de-Notre-Dame-du-Signe / (Знаменская церковь (Церковь в честь иконы Знамения Пресвятой Богородицы) за Центральным рынком)

Image Image
L'église de l'Icône-de-Notre-Dame-du-Signe (à droite, photo (c) GalaPress) / (Знаменская церковь (Церковь в честь иконы Знамения Пресвятой Богородицы) за Центральным рынком)

Image
Face au n° 13 de la rue Voïkov, derrière le centre commercial « Olimp », situé sur la zone du Marché central, au n° 48 de la rue Karl Marx / (Жилой дом по ул. Войкова, 13, за Центральным рынком)

Image
Maison à l'angle de la rue Voïkov, 21 et de la ruelle du Lac asséché, 10 - (photo (c) 2007 P. Andrioushchenko) / (Дом на перекрёстке ул. Войкова, 21 и пер. Сухоозёрный, 10)


A suivre : Tomsk partie 11

Avatar de l’utilisateur
sagne
Messages : 283
Inscription : lun. oct. 27, 2008 9:31 pm
Localisation : France ( Limousin )
Contact :

Messagepar sagne » mer. avr. 08, 2009 7:50 pm

Bonjour Bill,

Je ne me lasserais pas de voir ces belles architectures en bois ...
Merci encore et encore, pour mes yeux ... ;)

Amicalement,
Sagne.
Plus nous serons ,plus nous saurons ...


Revenir vers « Ville à ville »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité